martedì 20 febbraio 2018

RAPPORT DES VOLONTAIRES SYLVESTRE ET LALA SUR LE VOYAGE A NIAHENE



Niahène est le village d’origine de l’imam Niah, le responsable du Daara de Mame Khalifa Niass aux Parcelles Assainies. Parmi les 3 Daaras qui collaborent avec le projet de Janghi en permettant à leurs talibés de venir fréquenter l’Ecole de Enfance et Paix, celui de Mame Khalifa Niass est le plus engagé, avec le plus grand nombre de talibés présents à l’école.
Chaque année l’Imam Niah organise le Gamou dans son village et à cette occasion il amène avec lui quelques talibés qui peuvent ainsi revoir leurs parents car ils sont presque tous originaires de Niahene ou des villages environnants.
Depuis l’année dernière Janghi donne un appui pour le transport permettant ainsi à un nombre beaucoup plus élevé de talibés de retourner chez eux.
Cette année nous avons répondu tous les trois, Lala, Sylvestre et Mme Mbow, à l’invitation de l’imam de nous rendre a Niahène pour participer au Gamou.
C’était une occasion pour connaitre de plus près les familles et milieux d’origine des talibés que nous soutenons.




COMPTE RENDU DE LALA ET SYLVESTRE


02/02/18
Départ sur Dakar a 11h. Après 280km vers le sud est nous sommes arrivés à Niahène à17h.
Un accueil chaleureux des talibés et de l’Imam, suivi d’une présentation des invites au Gamou qui venaient le saluer dans sa case.
Entre temps les talibés nous ont amené nos bagages dans la case qui nous avait été réservé pour l’occasion.



L’imam nous a expliqué le programme de la soirée avec le début de la cérémonie du Gamou prevue à 23h ce qui nous a permis d’aller découvrir le village et ses habitants.






A 23h nous nous sommes rendu au   du gamou ou les gens du village de l’imam et ses invites dont le khalife de Leona niassene CHEIKH TIDIANE NIASS était présent.

Le début du gamou était marque par des chants religieux et des louanges du prophète Mouhamed (psl) de temps en temps des discours et présentation des invites. L’imam a souligné l’enseignement de Baye Niass et surtout homogénéité et l’universalité de lislam.
Nous sommes rest2s sur les lieux jusqu’à la fin de la cérémonie à 6h du matin. 

03/02/18
Juste apres la cérémonie, pendant que nous essayons de dormir un peu, les enfants talibés venus quelques jours auparavant de Dakar, partaient pour leurs villages respectifs pour saluer les parents car leur retour au Daara était prévu déjà le lendemain avec le bus qui les attendait à Niahène.

Trois talibés: Abdou Ndiaye, son frère Aliou et El hadj Sy nous attendaient pour nous guider jusqu'à chez eux et profiter du passage. Nous sommes partis a 11h mais comme ils ne reconnaissaient plus bien le chemin vers leur village nous avons failli nous perdre.

Ils ont preferé donc qu'on passe dabord a Toune, chez l’oustaz Wilane, adjoint de l'Imam, qui leur apprend le Coran au Daara et qui nous aurait indiqué le chemin.

L’oustaz nous a accompagné a Kebe Thiéyène

voir les parents d’Abdou et Aliou

ainsi que ceux de El Hadji qui ne les voiait pas depuis 6 ans lorsqu’il était venu au Daara à Dakar en 2012 a l’age de 4 ans. Il fait connaissance abvec sont petit frère qu'il n'avait jamais vu.


.






et nous parlons aussi avec sa grand mère qui est heureuse d'avoir revu sont petit fils.

Les parents de Abdou et Aliou ont voulu qu’on partage le repas chez eux mais la maman de El Hadji a voulu elle aussi nous amener son plat.

Nous avons parlé avec les parents des enfants sur l’importance des extraits de naissance et ils nous ont promis qu’ils feront le necessaire et les remettront à l’oustaz avant qu’il ne rentre à Dakar.


Nous sommes ensuite partis pour Bentenké chez Kabou



et chez Ousseynou


Ils nous avaient devancé depuis le matin très tot et nous attendaient avec leur familles qui montraient la joie de les avoir revus.   

Nous sommes allés voir aussi les familles des talibés du village qui n’ont pas pu faire le déplacement. C’est ainsi que nous avons rencontré la maman de Mandao Ndao qui nous a accompagné partout. (2943)

Elle nous a montré les enfants de l’école coranique du village qui étaient en train de prier.

Elle nous a expliqué que l'école coranique était beaucoup plus frequentée que l’école formellme publique, plus éloignée et avec seulement 2 classes ne permettant meme pas de terminer le cycle primaire. 

Elle nous a accompagné chez la grand-mère de Yeri (un autre talibé resté à Dakar)

qui se plaignait de l’absence de la mère de l’enfant et qui nous a dit d’aller voir le père qui était seul. On le retrouve enferme dans sa case avec une grosse infection du pied qui l’empêche de marcher depuis 4 jours.
Mme Mbow racontera elle-même ce qui s’est passé d’extraordinaire dans cette rencontre.

04/02/18
A notre dernier jour nous avons fait le tour du village de Niahène pour rencontrer les parents des enfants talibés originaires du village.

Nous nous sommes rendu chez les parents de Babacar et Sidi Lamine Niah ensuite chez Mansour Niah.



A chaque fois les parents nous accueillaient avec beaucoup de joie et avant notre depart ils cherchaient toujours un cadeau a nous donner que ca soit des arachides (gerte) du pain de singe (buye), ou des jujub (sidem). 
Et nous avons pu encore nous plonger au village et voir la vie des autres membres des familles des talibés. Nous avons découvert par exemple que beaucoup de talibés ont des soeurs qui vont à l'école et certaines meme au collège. 



Dans l'apres midi nous sommes allés a Diokoul village qui se trouve a 3 km de Niahene et nous avons rencontre les parents de Modou Ba et ceux de de Babacar Ba



Nous avons encore insisté pour que leurs enfants aient les extraits de naissance et avons promis de fornir de l'aide pour cela en cas de besoin.








Nessun commento:

Posta un commento