lunedì 20 maggio 2019

ACTIVITES JANGHI 2018



L’accès à l’éducation scolaire pour les enfants qui pour différentes raisons (bureaucratiques, familiales, sociales, culturelles…) en ont été écartés est l’objectif autour duquel est née l’ONG Janghi et il constitue aussi la porte d’entrée à une vision plus globale de leur situation. En effet, la cible particulière du projet, les enfants très souvent démunis et vulnérables, parmi lesquels aussi les talibés, nous a amené à nous focaliser aussi sur leurs autres droits fondamentaux dont ils sont souvent également privés.

Les actions se mènent en partenariat avec l’ONG Enfance et Paix qui possède une structure scolaire permettant d’accueillir ces enfants et pouvant s’adapter aux exigences de leur situation.

Nous pouvons regrouper les activités de Janghi en deux grands thèmes
        I.            EDUCATION
a.       Accès a l’instruction
b.      Activités ludiques stimulant la créativité et l’intérêt pour l’apprentissage
      II.            AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE VIE
a.       Accès à la santé
b.      Alimentation, habits et logement
c.       Contacts avec la famille



I.                    EDUCATION

a.      ACCÈS A L’INSTRUCTION

Dépenses :  9 748 314 Fr (14 861,16 E)
dont 7.853.000 Fr (11 971,86 E) x Frais de scolarité 2017-18 à l’école de Enfance et Paix
               
Cette année nous avons voulu viser non seulement le problème de l’accès à l’école mais aussi celui de la qualité de l’enseignement et des activités extrascolaires stimulant la créativité et l’intérêt pour l’apprentissage.


Année scolaire 2017-18
119 enfants démunis et vulnérables, parmi lesquels 90 talibés, ont pu bénéficier de cours scolaires. 105 à travers l’inscription à l’Ecole de l’ONG Enfance et Paix.
Pour les 14 talibés du Daara Wahab non admis à l’école Enfance et Paix, des cours ont été organisés sur place, au Daara par Janghi.

Début d’année scolaire 2018-19
115 enfants parrainés par Janghi ont pu être inscrits à l’Ecole d'Enfance et Paix dès le début de l’année scolaire. Parmi eux 88 sont talibés dont 73 dans les classes de transition et 15 intégrés dans les classes normales.
Pour faciliter l’insertion des nouveaux talibés intégrés, des cours de renforcement leur sont donnés chaque soir
Comme pour les années précédentes, pour les talibés, Janghi assure aussi le matériel scolaire

Goûter à l’école
Les talibés dans les classes spéciales reçoivent chaque jour du lait et deux fois par semaine, lorsque les heures de cours sont plus nombreuses,  aussi un fruit



Quant aux talibés intégrés il reçoivent depuis le début l'année scolaire 2018-19, au moment de la recréation de 10h un goûter similaire à celui que les autres enfants amènent de chez eux.

Extraits de naissance
Pour permettre l’insertion future à l’école publique Janghi a aidé à l’obtention de l’extrait de naissance pour 5 talibés du daara de Mame Khalifa Niasse (MKN)

Mesures pour améliorer la qualité de l'enseignement
    
     Ressources humaines
  • Intégration d’une volontaire Janghi (Lala) parmi les enseignants des classes de transition
  • Mise à disposition d’un volontaire Janghi (Sylvestre) à l’école, en début des cours de transition pour aider dans l’organisation des cours et suppléer en cas de besoin. 
  • Cours de soutien en mathématiques pour les élèves du secondaire en difficulté par l’enseignante Codoumar Mbow, membre de Janghi (milieu d’année scolaire 2017-18) 
     Création d'un programme pédagogique adapté aux conditions spécifiques des talibés 
Atelier de 3 jours pour l’élaboration d’une méthodologie d’enseignement et un programme pédagogique adaptés aux conditions spécifiques des talibés à adopter dans les classes de transition. Modéré par la présidente de Janghi et professeur spécialiste dans le domaine, Codoumar, l’atelier a vu la participation des responsables de l’école Enfance et Paix ainsi que les enseignants des classes de transition dont les volontaires Janghi : Lala et Sylvestre. 

En effet celle-ci est la première expérience au Sénégal dans laquelle, en accord avec les parents et le responsable du Daara, des talibés sont insérés dans une école externe, indépendante pour y acquérir un enseignement leur permettant d’intégrer, s'ils le voudront, le système éducatif national sénégalais. Pour ce faire, le programme scolaire doit tenir compte de l'emploi du temps chargé des talibés pour qui les obligations du Daara restent prioritaires. Le principe est d'élaborer des cours qui stimulent l’intérêt des talibés, en exploitant au maximum les peu d'heures qui leur sont accordées sans pour autant les fatiguer d'avantage mais au contraire leur offrir un temps agréable en remplacement du temps de jouer qu'ils n'ont pas. 
Il n'existe pas de programme didactique adapté à cette situation, de ce fait nous sommes en train de le créer progressivement sur le tas, en collaboration avec l'ONG Enfance et Paix, et cet atelier en voulait être une première systématisation.



Leçon sur les signes devant faire suspecter abus et maltraitance sur mineur
Cette leçon a été faite par un membre de Janghi diplômée en learning disorder management and child psychology, Mamy Sarr, aux enseignants des classes de transition des talibés, aux responsables de l'Ecole de Enfance et Paix et aux membres de Janghi plus présents à l'école.en contact avec les talibés. 

Supports didactiques et instruments de travail mis à disposition des enseignants
  • Copies du manuel pédagogique pour le cycle primaire du Ministère de l’Education Nationale
  • Un ordinateur portable
  • Consommables pour faciliter la création de supports pédagogiques




b.      ACTIVITÉS LUDIQUES ÉDUCATIVES

Dépenses:   884.202 Fr (1347,98 E)
Participation des élèves à la Biennale de Dakar
Nous avons amené 50 élèves de l’école de Enfance et Paix (dont 30 étaient des talibés)  à voir l’exposition des artistes et participer aux activités de stimulation de la créativité prévues pour les plus jeunes


Conférence sur les dangers de la dépigmentation de la peau


Dr Mame Amy Ndir, dermatologue et membre de Janghi à fait une conférence à l’école sur les dangers de la dépigmentation, pratique diffuse au Sénégal et touchant aussi les adolescentes.
  
Journée de créativité à Ker Imagination
Ker Imagination a offert son espace et ses ateliers un dimanche pour les talibés.

44 talibés (parmi ceux qui vont à l’école et n’avaient pas été à la Biennale) ont participé à 2 ateliers de création artisanale (menuiserie et poterie), 2 ateliers de jeux (dont un en piscine) et un atelier de musique. 




Journees Akawe
"AKAWE" c'est un mot de la langue rwandaise qui veut dire "c'est pour toi". Notre volontaire rwandais Sylvestre avec un volontaire canadien Hugo ont organisé des journées de sensibilisation à l’environnement.  Soixante-trois personnes (la plupart les talibés et autres élèves de l’école) ont participé au premier ramassage des déchets plastiques à la plage Diamalaye des Parcelles Assainies en octobre et la pesée a montré que 746 kilos de déchets ont été ramassés.
L’activité a été renouvelée au mois de Novembre avec encore plus de participants (plus de 100) et beaucoup plus de déchets ramassés (1700 kg). Des responsables de quartier et une organisation communautaire pour l’environnement se sont joints spontanément à l’activité.








Cours d’Informatique et Internet
23 talibés répartis en 3 groupes successifs ont pu bénéficier des cours d’initiation à l’outil informatique et à la navigation sur internet

Le but était de leur permettre d’utiliser un instrument répondant à leurs intérêts et besoins personnels pour leur montrer un des avantages immédiats de savoir lire et écrire en français. Le cours comprenait aussi une leçon sur les dangers et précautions lors de la navigation sur internet et dans les réseaux sociaux






Célebration de la Journée Nationale du Talibé (20 avril)
Organisation d’activités en faveur des talibés pour fêter leur Journée avec la participation de la communauté et des élèves de l’école
  • Ateliers d’art plastique pour les talibés et exposition de leurs créations
  • Offre d’un repas pour tous, préparé par la communauté
  • Opération de nettoyage « set setal » du Daara et alentours
  • Organisation de deux tournois de football (un pour les petits l’autre pour les plus grands) entre des équipes de 4 Daaras et de l’Ecole
  • Animation sabar avec musiciens traditionnels accompagné d’un membre de Janghi, leur collaborateur et passionné de musique traditionnelle, Nathan








Opération set setal autour du Daara et de la Mosquée

Le sabar....



II.                  AMELIORATION DES CONDITIONI DE VIE

Cette deuxième partie concerne essentiellement les talibés.

a.      ACCESS A LA SANTE

Dépenses    474.968 Fr (724,10 E)
Nous avons donné suite aux activités qui venaient de s’achever à la fin de l’année précédente visant à créer les conditions d’accès à la santé pour les talibés (formation de 36 talibés en “Volontaires pour la Santé au Daara”, visites médicales des talibés de 18 Daaras) par :

Réunion d’information, échange et concertation avec les responsables des 18 Daaras où avaient eu lieu les activités
La réunion, qui a été financée par l’ONG internationale Secours Islamique France, était présidée par le Médecin Chef du District de Guédiawaye, Dr Dieye, avec le professeur Universitaire de Pédiatrie qui avait contribué à la formation, Professeur Boubacar Camara.
En plus d’informer les responsables des Daaras sur les activités réalisées et les résultats, la réunion a permis aussi de faire la consigne officielle des boites à pharmacie et donner le certificat de la formation en Volontaire pour la Santé au Daara signé et délivré par le Médecin chef du District de Guédiawaye aux 36 talibés formés.


Supervision des Volontaires pour la Sante au Daara formés a été organisée par Sylvestre, volontaire Janghi accompagné par Dominique, l’infirmière canadienne volontaire auprès de Enfance et Paix. Elle a eu lieu aussi bien dans les 15 Daaras appuyés par le Secours Islamique France (qui l’ont financée) que dans les 3 Daaras du projet. La supervision portait sur les modalités  des soins des plaies, l’administration des traitements prescrits, la conservation et utilisation des produits de la boite à pharmacie, les mesures prises pour améliorer l’hygiène dans les daaras. L’équipement des boites à pharmacie a été renforcé, la pratique de soins des plaies a été améliorée et des opérations de nettoyage ont été faites avec fourniture d'un kit d’hygiène en cas de besoin (Daara Fourkhane)

Visite médicale et nutritionnelle

Elle a été organisée comme chaque année pour les talibés des 3 daaras. Les pathologies diagnostiquées ont été prises en charge

Consultation et soins au daara 
En plus des visites annuelles la pédiatre membre de Janghi a été sollicitée plusieurs fois par les Volontaires pour la Santé au Daara pour consulter et traiter les talibés malades




b.      ALIMENTATION, HABILLEMENT ET HABITAT

Dépenses     1 197 498 Fr (1825,60)   
                    dont 992 998 Fr (1513,84 E) pour le support mensuel en aliments

Support alimentaire mensuel aux daaras
Pour réduire le temps des talibés consacré à a mendicité Janghi offre chaque mois un stock d’aliments de base et de produits d’hygiène aux daaras, calculé sur le nombre de talibés qui ont fréquenté régulièrement l’école.

Dons d’habits

A la rentrée 2018-2019, les talibés intégrés ont reçu des habits et chaussures leur permettant de se rendre à l’école comme leurs camarades 

Pour la fête religieuse de la Korité des boubous ont été confectionnés pour eux (le prix du tissu n’est pas inclus car offert par des membres de Janghi). C'est ainsi que le jour de la Korité les talibés sont allés à la mosquée d'abord et dans les rues ensuite, avec leur nouveau boubou pour la première fois comme les autres enfants
  

Don d’un réservoir pour l’eau au Daara Mame Khalifa Niass pour pallier aux nombreuses

coupures dans le quartier 



c.       CONTACTS AVEC LA FAMILLE

Dépenses     105 000 Fr (160,07)   

A l’occasion de la fête religieuse annuelle (Gamou) à Niahene, le village du marabout du Daara Mame Khalifa Niass, le projet a contribué à payer le transport des talibés originaires de la zone pour leur permettre de participer à la fête et se rendre ensuite dans leurs villages d’origine plus ou moins proches  et voir leurs parents que beaucoup d’entre eux ne voyaient pas depuis leur arrivée au daara .

Ceci a permis à 3 volontaires de Janghi de répondre à l’invitation du marabout de participer au Gamou, rendre visite aux parents des talibés et renforcer ainsi la confiance réciproque (Janghi, Parents, Marabout). Les visites ont permis aussi  de sensibiliser les parents sur l’importance de l’extrait de naissance pour leurs enfants et la disponibilité de Janghi à aider pour les démarches

Ce talibé n'avait pas revu ses parents depuis son départ pour le daara 4 ans auparavant.
Il découvre son petit frère né entre temps

AUTRES DÉPENSES
Dépenses de fonctionnement et collecte des données : 303.550 Fr (462,77 E)
Ces dépenses concernaient surtout le payement des déplacements des membres de Janghi qui mènent des activités sur le terrain et n’ont pas un revenu personnel leur permettant de les effectuer. Une motivation aussi a été donnée pour le temps qu’ils ont dû passer dans la collecte des données ou la comptabilité sans avoir d’autres sources de revenu.


ÉVÉNEMENTS DE L’ASSOCIATION JANGHI

Création de l’ONG Janghi Sénégal
Les volontaires de Janghi à Dakar ont créé l’ONG Janghi reconnue par le Ministère de l’Intérieur du Sénégal.
En haut les membres de Janghi, en avant le Comité des Sages

L’ONG a réalisé une importante activité de promotion et collecte de fonds : LA KERMESSE pour les enfants de Dakar à la place du Souvenir le 2 Décembre 2018.

Visite de Janghi Italie aux projets au Sénégal :

Au cours de la première quinzaine de mars il y a eu la visite de Déguène et Aldo (Présidente et Trésorier de Janghi) accompagnés par deux autres sympathisants de Janghi Luca et Alessio, de Genova.
Ils ont assisté à quelques activités, visité l’école et rencontré les élèves de toutes les classes en participant à une leçon de la classe de transition CT2 des talibés.



Une réunion a été organisée entre eux, les volontaires de Janghi Sénégal et les responsables de l’ONG Enfance et Paix pour faire le bilan du projet, analyser les problèmes et les résultats et émettre des recommandations et propositions très utiles.
Il y a eu aussi une rencontre avec Enrica Bianco qui a proposé sa collaboration pour faire connaitre le projet et rechercher des fonds.
Cette visite a permis à nos sympathisants  Luca et Alessio de voir les réalités du projet dans leur contexte local et a été aussi très utile pour ceux qui travaillent sur le terrain en termes d’input et d’encouragement.
Comme toujours toutes les dépenses du voyage (billet d’avion et séjour) ont été totalement prises en charge par les volontaires en visite qui en plus ont même apporté du matériel pour les projets (entre autres un ordinateur portable)
                                                                                
Un autre membre de Janghi qui vit en France, Nadia, de passage à Dakar est venue voir le projet et participer aux activités de la Journée Nationale du Talibé en avril.



Volontaires venus de l’étranger donner un peu de leur temps :


Au début de l’année nous avons eu la visite et une contribution pratique d’une volontaire italienne, Chiara Franchi. Sa présence à l’école ses observations et conseils nous ont permis de prendre des mesures pour améliorer l’organisation et la qualité de l’enseignement des classes de transition des talibés.

IEn février un groupe de 4 infirmières italiennes (dont une d’origine sénégalaise) sont venues nous aider pour les visites médicales et elles nous ont apporté deux valises pleines de produits médicaux et des nombreuses brosses à dents pour les petits talibés

Paolo et Elena, deux infirmiers italiens, venus pendant une dizaine de jours en fin juin, nous ont donné un coup de main dans les soins des talibés malades ou blessés ensemble avec le Volontaire pour la Santé.


Enfin il y a eu deux volontaires canadiens de notre ONG partenaire Enfance et Paix, Dominique et Hugo, qui sont restés 6 mois et ont donné un très grand support aux activités du projet. Dominique pour les activités de santé et Hugo pour les activités d’éducation et les activités parascolaires d’éveil.

CONCLUSIONS, RECOMMANDATIONS ET PERSPECTIVES

Avec notre voyage dans les villages des talibés et la rencontre avec les familles nous avons enclenché un mécanisme de confiance réciproque avec le responsable du daara qui a élargi l’autorisation de venir à l’école à tous les talibés qui le désirent. Ceci a créé une rapide et importante augmentation  du nombre des élèves et une plus grande implication du marabout qui vient parfois même faire visite à ses talibés dans les classes de l’école.

Au fon l'Imam responsable du Daara MKN qui vient visiter et féliciter ses talibés à l'école

La plus grande difficulté réside dans l’organisation à l’intérieur de l’école surtout après l’augmentation rapide du nombre de talibés. En effet, l’ONG Enfance et Paix qui les accueille ne dispose pas de locaux lui appartenant pour l’école et est contrainte de les louer à des privés. N’ayant pas beaucoup de moyens les locaux sont vétustes et l’un d’eux est dans un très mauvais état et peu adapté car l’année dernière le propriétaire a voulu en  récupérer une partie (des salles, la cour interne et l’unique toilette) et y placer des membres de sa famille obligeant l’école à se serrer et s’adapter à la présence d’une famille.
Toujours par manque de moyens les enseignants sont payés comme des stagiaires ce qui les amène à chercher d’autres heures de cours à donner dans d’autres écoles avec comme conséquence les retards et l’absentéisme.  Ils ne sont pas reconduits d’une année à l’autre et tout ceci rend difficile l’organisation, la discipline et l’engagement du personnel.
Pour ces raisons Janghi est en train de chercher un financement pour la construction d’une école pilote modèle dans laquelle, ne devant plus payer la location, il sera possible d’investir sur le personnel, sa formation, ses conditions de travail et être beaucoup plus exigeant sur la discipline. Ceci permettre d’assurer aux talibés des classes de transition, un enseignement plus efficace et adapté à leur situation. On fera aussi en sorte que l’école soit ouverte à la communauté en offrant des services éducatifs non seulement aux élèves inscrits mais aussi aux autres enfants pauvres du quartier. Un projet dans ce sens a été écrit et est prêt à être présenté à des bailleurs éventuels.